Spinning Flower

Un blog qui parle de tricot, de filage, de laine, de dentelles, de tissage, de pays étranges et merveilleux, d'aquarelle, de plantes, et d'autres choses auxquelles je n'ai pas encore pensé... A spinning, weaving and knitting blog about wool, flowers, spind

23 mars 2008

Tout commence à Pâques!

Bonjour à Toutes et merci pour tous vos gentils commentaires! C'est Pâques et aujourd'hui nous fêtons la résurrection du Christ (et non sa mort, comme certains le disent dans les médias). Oui, sa résurrection d'entre les morts, qui annonce la nôtre. C'est Lui qui a nous dit "Je suis venu pour que vous ayez la joie, et pour que vous l'ayez en abondance!!!"

La_resurrection

Cette semaine Sainte en France a été très particulière avec l'appel à l'euthanasie, puis la mort de Chantal Sébire. Alors, peut-être vais-je vous choquer, mais j'ai besoin de parler de cela.

J'ai été étonnée de toute l'affaire. Alors la France suivrait comme un seul homme, un guide tel que JL Romero derrière l'association ADMD? Chacun choisit son prophète, mais placer sa confiance revendicatrice nécessite un minimum de réflexion... La mort de Mme Sébire, obéissant à un spectacle médiatique mené de main de maître, tombait "bien", deux jours après le refus de la cour de répondre à sa demande d'euthanasie, le mercredi Saint: un timing extra qui rappelle la mort de Vincent Humbert. Des médecins ont protesté en s'étonnant du refus de soin de la malade, pensant 6 ans, refus qui avait rendu sa maladie incurable... Cela correspondait bien à ce qu'avait demandé la malade, qui avait dit "vouloir faire la fête" pour préparer son suicide: elle y a en effet fait participer tout le pays et pour ma part, contre ma volonté, alors qu'elle connaissait par avance la réponse de la Justice. Et finalement, le choeur appelait à autoriser "l'homicide par compassion" rendant ce mot absolument insupportable dans un tel contexte, ou à nous "offrir" le "droit au suicide assisté". Autrement dit, les baies de chèvrefeuille et la digitale ne suffisent plus, il faudrait qu'elles soient aministrées par un thanatologue d'Etat, grâce à une sorte de diplôme de fin de vie.

J'ai déjà vu à l'oeuvre ce genre de mouvement auto-proclamé "charitable". Par exemple, lorsque les habitants d'un immeuble signent une pétition demandant à une dame de bien vouloir "placer" son mari, malade d'Ahlzeimer, qui devient un peu encombrant; mais bien sûr sous le prétexte qu'il serait mieux en "maison". Ou bien, lors d'une grossesse inattendue, quand des personnes bien intentionnées disent à la mère qu'elle a le "devoir" d'avorter, de quoi?! Dans notre pays, beaucoup confondent droit et devoir apparemment.

Mais aussi... Quand tout un pays d'Europe, dans les années 30, se mit à éliminer plus de 200 000 malades et personnes handicapées pour tester une solution plus industrielle, et plus tard quand la Suède stérilisa les prostituées, les handicapées dont les sourdes. Quand le dieu Bâal appellait les jeunes à venir se jeter volontairement dans un immense brasier, spectacle barbare propre à calmer la violence des foules. Quand au nom de la pureté et du courage, on jettait dans le précipice les nouveaux-nés de Sparte qui ont pleuré au mauvais moment ou semblent un peu faibles. Quand la foule appellait au sacrifice de milliers de personnes en haut d'une pyramide sanglante. Quand la coutume voulait que le premier-né soit sacrifié, ou encore aujourd'hui en Asie, que les filles qui ne valent rien soient éliminées avant la naissance. Pour moi il s'agit d'un mensonge trivial que de ne parler que d'une future dizaine de "cas" par an...

Tout cela au moment de la Semaine Sainte, pour moi c'est une attaque signée. Déjà les pays du Nord étudient comment autoriser les adolescents à se suicider légalement sans l'accord des parents, horreur. Vieille Europe, tu es malade. Ton "projet" social est nul et n'aboutit qu'au renversement des valeurs. Tu perds la tête en affirmant que la dignité des faibles et des malades implique leur mort. Tout cela malgré l'amour nécessaire de ces personnes, les progrès de la science, et la prise en compte des moyens palliatifs qui vont avec. Tout cela, parce qu'au fond, des centaines de milliers de personnes vont être malades d'Ahlzeimer et vont nous coûter très, très cher...

Alors que vive Pâques et le printemps pour vous tous, avec ici quelques préparatifs. Témoignons de la bonne nouvelle, et pour que les nôtres ne soient jamais assassinés par "les Bienveillantes". Bonne semaine!

gros_cookies_plein_de_chocolat

petits_pois

Pull_de_Raphael

Posté par fleurt à 00:01 - Filage, Tricot - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    Joyeuses Pâques Fleur !

    Je comprend ton point de vue. C'est vrai que parfois cela va trop loin. Mais dans l'absolu, sans parler d'un cas particulier, avoir droit à une mort digne, je trouve que ce n'est pas trop demander.
    Je t'embrasse

    Posté par barbotine , le 23 mars 2008 à 10:18
  • je rajoute que ta manche rouge ensoleillé est magnifique !

    Posté par barbotine , le 23 mars 2008 à 10:20
  • Tu me laisse pensive...
    Je suis plutôt partisant du "pour", sans adhérer à la pub faite autour, mais tes reflexions me laissent pensive...
    Merci à toi de me soulever certaines questions
    Joyeuses Pâques

    Posté par christel , le 23 mars 2008 à 15:55
  • La dignité est inhérente à l'humanité. Les personnes humaines ne peuvent JAMAIS perdre leur dignité, même diminuées, même défigurées, même humiliées, même vieilles, même folles,même handicapées, même faibles,...on peut continuer la liste...Non, Madame Sébire n'était pas un "monstre" (comme je l'ai lu) parce que sa maladie lui déformait le visage...L'instrumentalisation et la manipulation médiatique de son histoire me donnent la nausée..Tu as raison, Fleur, que nous soyons préservés de ces "bienveillantes..."

    Posté par caroliane , le 23 mars 2008 à 21:04
  • J'ai lu tes arguments et je te comprends mais personnellement, je pense que chacun à droit de faire ses propres choix, qui sommes nous pour en juger, Madame Sébire a fait un choix certe et ça n' a pas dû être facile comme décision. Nous ne sommes que de passage sur cette terre et chacun vit comme bon lui semble, j'espère qu'elle soit en paix et qu'elle ne souffre plus

    Posté par krystine , le 24 mars 2008 à 06:12
  • La question de la mort est chez moi source d'angoisse,ce cas de Chantal Sébire m'a plongée dans une profonde réfléxion et je crois que je ne finirais jamais de réfléchir à ça!! Quand on voit les gens souffrir sans que l'on ne puisse rien faire est quelque chose d'épouvantable que j'ai déjà vécu et continue avec ma mère, cependant, dans un petit coin de ma tête je me dis toujours que tant qu'il y a de la vie il ya de l'espoir...Certes, parfois la souffrance est si éprouvante pour les malades que je peux comprendre malgré tout qu'ils n'en puissen tplus supporter les conséquences!! Ce qui s'est passé avec cette dame a été surmédiatisé, comme souvent à l'époque où nous sommes, alors que ceci devrait être du domaine du privé, cependant, les expériences des uns quelquefois peut servir pour d'autres!! Le problème avec la mort assistée, à mon avis, serait l'éventualité d'abus, c'est cela qui me dérange beaucoup dans la légalisation, il faudrait étudier au cas par cas...C'est sur c'est une question qui n'est pas prête d'être résolue!!

    Posté par lucylaine , le 25 mars 2008 à 10:46
  • Je partage tout à fait ton indignation et tu fais bien de nous rappeler les différents abus de pouvoirs perpétrés pour le "bien-être de tous" et qui malheureusement n'ont pas servis de leçons.
    Je suis toujours choquée par ses surmédiatisations, soi-disant pour faire avancées les choses!!!
    J'espère en tout cas, que tu as passé d'agréables fêtes de Pâques malgré tout.

    Posté par cath , le 25 mars 2008 à 16:17
  • Tout à fait d'accord avec Lucy! Moi j'ai une question très terre à terre....
    Dis, c'est quoi tes bouboules? du salé ou du sucré?

    Posté par moune , le 26 mars 2008 à 11:36
  • Joyeuses Fêtes de Pâques, Fleur, même si je suis en retard,pardonne-moi. C'est le temps aux giboulées de neige qui t'inspire ce beau norvégien ? Il promet, je suis ravie de ontempler un beau modèle chez toi bientôt.

    Posté par Christine , le 26 mars 2008 à 23:07
  • Un sujet bien délicat , j'ai accompagné des personnes en fin de vies et je suis très partagée!
    Si tu savais la souffrance de certaines personnes très très malades et pourtant je suis croayante!!!

    ps: je voulais te contacter pour te demander un conseil pour le filage au fuseau?
    Tu me conseilles quoi comme fuseau du petit troupeau , je suis un peu paumée, merci de ton aide Fleur!!

    Posté par marili , le 27 mars 2008 à 10:46
  • ton post d'aujourd'hui me fait penser que je n'ai pas apporté mon grain de sel à ce billet. Ici en Irlande, nous n'avons pas été surmédiatisés par cette affaire comme vous l'avez été en France. Donc pas d'overdose. Mais pour avoir accompagné plusieurs personnes en fin de vie dans une unité de soins palliatifs...et pour avoir accompagné ma propre maman jusqu'au bout, je sais que c'est un moment de la vie très délicat. Je trouve que les médias font un amalgame navrant des nombreux "cas" qui posent la question. Une loi ne pourrait en aucun cas résoudre le problème et aboutirait à des abus extrêmement dangereux. Mais par contre pas d'acharnement thérapeutique...c comme ça que maman a pu faire son passage en douceur, sa douleur physique étant d'un autre côté très bien prise en compte.

    Posté par Lauréole , le 30 mars 2008 à 13:42
  • Merci, Fleur.

    Le suicide n'est pas ilégal en France. Et Madame Sébire pouvait y avoir recours sans écrire aux autorités, et sans passer à la télé. Le droit (et la possibilité) de mourir comme elle le voulait, personne ne le lui a jamais retiré. Elle l'a toujours eu.

    Comme le dit Lauréole, la fin de la vie, le moment où il n'y a plus d'espoir de guérison, est toujours un moment délicat. Pas toujours facile pour la famille de laisser partir l'être aimé sans tenter un dernier traitement, inutile. Pas toujours facile pour les médecins de baisser les bras, de ne pas s'acharner, tout en n'abandonnant pas le patient.
    Il faut apprendre à accompagner les mourants jusqu'au bout, et ce n'est pas une tâche facile. C'est bien moins facile, effectivement, que pratiquer des injections létales.

    Posté par Noémie , le 31 mars 2008 à 16:19

Poster un commentaire