Spinning Flower

Un blog qui parle de tricot, de filage, de laine, de dentelles, de tissage, de pays étranges et merveilleux, d'aquarelle, de plantes, et d'autres choses auxquelles je n'ai pas encore pensé... A spinning, weaving and knitting blog about wool, flowers, spind

06 septembre 2006

Imperfection quand tu nous tiens

En ces temps de rentrée scolaire, la perfection sort de derrière les bancs d'écoliers où elle se tenait cachée. Malgré mes propres photos de blog - qui se veulent bien sûr impeccables - je suis loin d'être la fascinante Eunny, avec ses incroyables tricots!! Mon rapport à la perfection a changé depuis quelques années (car le temps passe, n'est-ce pas).

Longtemps, j'ai rêvé jusqu'à l'obsession d'être une mère parfaite d'enfant parfaite. Echec! Chaussures usées pas bien cirées ou même trop petites (d'après ma mère), soupe brûlée servie froide, toujours partie trop tôt du bureau mais jamais à l'heure chez la nourrice... D'ailleurs, la condition de créature humaine était inacceptable pour mon ange, condition trop basse à mes yeux pour toute cette beauté, ma tendresse, mon petit visage d'amour, ma princesse des îles lointaines, ma perle d'or, mon lys parfumé, mon bouton de rose, et j'arrête là ma liste interminable.

Puis les jumeaux se sont annoncés à l'échographie, tadâm. Mon mari et moi avons instantanément appelé d'autres personnes à partager mon souci de perfection, telles que ma mère, ma belle-mère, une nourrice, mes soeurs, marraines et parrains, tous accueillis à bras ouverts pour nous aider. La sage-femme me dit (Moi je lui réponds encore "merci"!): "si vous êtes trop fatiguée pour leur donner le bain, pensez qu'aucun enfant n'a jamais souffert d'en avoir raté un". Je cessai donc progressivement de réagir lorsque par exemple, on me faisait remarquer que les T-shirt à rayures ne vont pas avec les robes à pois, même à un ange. Hé, c'est qu'au moins, ma fille était vêtue, malgré les tentations de certains week-end de navigation au radar, où le pyjama s'imposerait naturellement!

Elisabeth Zimmermann, la tricoteuse, m'apprit une deuxième chose: laver un pull ou un bébé procurent des sensations similaires. Sortir de l'eau l'objet de notre attention, aimé, porté, maintenant propre et tout dégoulinant d'eau tiède, est un plaisir délicieux. J'appris à en profiter et à me laisser asperger... On n'y croit pas, mais les bains et les lessives! Quel travail, autant le faire avec plaisir.

Boum badaboum, arriva la Surprise... Toutes mes illusions sur la perfection disparurent. 4 enfants en 4 ans, événement encore appelé "la formidable aventure du mariage" ou encore, "ah, la bonne farce". D'abord je pensai: mais les femmes autrefois, avaient-elles plus de force que nous? Les excellents livres de Simone Bertière sur les reines de France me détrompèrent. Non, elles mourraient jeunes - mais en Reines - après des grossesses, fausses-couches et accouchements épouvantables, sauf certaines très, très corriaces et motivées comme Catherine de Médicis. La véritable condition humaine?!

La Surprise naquit. Eh bien, c'est fou, mais depuis qu'aucune autre image de perfection n'existe plus dans la maison sauf l'icône accrochée dans la salle à manger, tout va mieux. On y arrive. On est en retard à l'école en ayant tout oublié: papiers à remplir, gilets, photos d'identité etc, mais ça va bien quand même. Parfois on oublie de faire les courses et on mange des nouilles à la crème et au fromage, ou encore du chocolat au lait avec des tartines, tous plats bien connus pour leur équilibre diététique. Parfois on se prend la balançoire dans la figure et tout le monde vous regarde de travers au supermarché genre, celle-là, peut-être qu'elle bat ses enfants, y font des gosses et y savent même pas les éduquer. Parfois le lendemain, on (sauf que c'est pas le même "on") tombe dans les escaliers, et là, même le pharmacien commence à avoir des doutes. Parfois on coupe avec les ciseaux de cuisine les pieds des pyjamas quand ils sont trop petits, pour qu'ils durent encore un peu, mais on ne le met pas dans la rubrique "couture" de son blog.

Me retrouver moi-même? Eeeeuh, tentative en cours, mais je crains légèrement vouée à l'échec. J'attends plutôt (dans longtemps quand même j'espère) la résurrection de la chair, grâce à laquelle je retrouverai mon teint d'albâtre, mon ventre doux et plat de jadis, et mes neurones de compétition d'avant la maternité. Ca va être SUPER! (dans longtemps).

Filer et tricoter main fait aimer l'imperfection et l'attente. J'aime bien sûr acheter beaucoup de vêtements tous faits par des machines, qui bien qu'ayant l'air parfait en le sont jamais: boutons qui sautent, fermeture déglinguée ou vendeuse qui fait la gueule, sans compter les pièges cachés: teintures toxiques interdites en Europe, travailleurs esclavagés du tiers monde... L'accumulation de diversité, au contraire, tue l'ennui né de l'uniformité.

Je vous souhaite, cet automne, de déguster les figues succulentes tombées à terre, larme à l'oeil et robe déchirée comme mendiantes. Ne les cueillons pas trop tôt, ni mûres, ni bonnes malgré leur joli ensemble violet taillé sur mesure...

A part toutes ces considérations dont j'espère qu'elles ne vous ennuient pas trop, voici en cours un fil qui va me faire des surprises de couleurs au moment du retors, et un petit truc:

A bientôt!

surprise

Chose_qui_compte_ou_pas

Posté par fleurt à 11:28 - Broderie, philosophie etc. - Commentaires [36] - Permalien [#]

Commentaires

    Ton long message si bien écris, si justement écris m'a remplie d'émotion !

    Merci !

    Posté par dodile , le 06 septembre 2006 à 13:57
  • Ah, le joyeux bordel! Les tartines de chocolat et les pyjamas customisés, les grosses bêtises dans la cuisine et Hector et Nestor qui font la chasse à la limace...

    Fleur, ça c'est la vraie vie. Plus j'y pense, plus je me dis que la culture de la perfection c'est ce qui reste à ceux qui ne sont pas très doués pour la culture du plaisir. T'es une maman formidable.

    Posté par Sophie , le 06 septembre 2006 à 14:12
  • merci, j'ai adoré ce billet!!
    la perfection c'est pour les statues d'ivoire, vive la vraie vie

    Posté par circé , le 06 septembre 2006 à 14:35
  • Ton texte est magnifique, comme tu as raison !

    Posté par Christine , le 06 septembre 2006 à 14:36
  • Non la perfection dans l'éducation des enfants n'existe pas ! Ce qu'il demandent eux c'est qu'on les aime !

    Posté par Jeanne-Marie , le 06 septembre 2006 à 15:23
  • la mère parfaite n'est-elle pas celle qui,justement, accepte de ne pas l'être? Avec tout l'amour qui transparaît dans les lignes que tu as écrites, je crois que tu es la meilleure maman du monde
    et ton fil est superbe, quelles douces couleurs!

    Posté par Stéphanie , le 06 septembre 2006 à 15:26
  • Ha la perfection!! Il y a rien de parfait dans la vie... Mais fleur, tu ne m'ennuies pas du tout. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à vouloir perfomer et d'être bonne en tout. On comprend bien des choses avec le temps, c'est sûr!!

    Posté par Nancy , le 06 septembre 2006 à 17:54
  • Ha la perfection!! Il y a rien de parfait dans la vie... Mais fleur, tu ne m'ennuies pas du tout. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à vouloir perfomer et d'être bonne en tout. On comprend bien des choses avec le temps, c'est sûr!!

    Il est super ton fil!!!

    Posté par Nancy , le 06 septembre 2006 à 17:55
  • Euhhh

    Parfaite ou Vivre tout simplement ?? Comme toi, j'ai choisi la 2ème voie )))

    Posté par Vero M , le 06 septembre 2006 à 17:58
  • Voici des mots touchants et vivants ! La lecture fut douce et souriante, un vrai plaisir!

    Posté par Aoi , le 07 septembre 2006 à 07:12
  • Il est super ton post!!! Il y a bien longtemps que j'ai rangé mes idées de perfection au placard !!! La perfection je la garde pour ce qui sort de mes mains (enfin, j'essaie !!!)

    Posté par dominique(08) , le 07 septembre 2006 à 08:09
  • merci pour ce touchant partage, j'en suis toute émue... moi je les aime bien tes photos, elle nous font partager la nature qui t'entoure... je trouve ça original.

    Posté par sofi , le 07 septembre 2006 à 08:43
  • Je vais essayer de te suivre... je ne suis pas sortie de ce souci de perfection pourtant si lourd, surtout avec des enfants-pas-grands
    Lacher prise... je tente, je tente et toujours ce petit démon qui me dit "non mais quand même, tu pourrais..."
    Merci à toi

    Posté par christel , le 07 septembre 2006 à 09:46
  • Merci pour ce post qui m'a fait du bien !
    La petite chose de la fin m'a l'air très intéressant et le fil que file en ce moment, va vriament te réserver de belles surprises

    Posté par thalie , le 07 septembre 2006 à 09:55
  • Ah, merveilleuse Fleur ! Tu es si subtile, si idéaliste, quel bonheur de te lire !

    Posté par Joëlle , le 07 septembre 2006 à 15:43
  • Moi aussi j´ai adoré ce billet. Que de souvenirs (ma fille a 21 ans)! Quatre enfants, quel boulot! Mais quand même, si tu réussis à te garder un peu de temps pour toi, c'est que tout va bien!

    Posté par Luisa , le 07 septembre 2006 à 21:24
  • quel plaisir de retarder la mise en route de mon travail pour la lecture de ton post! je m'en reparts légère et l'âme en paix, toute prête à négocier fermement le caractère très heu...vivant de ce dossier, héhé ! merci fleur, vive le grand bazar de nos vies, et ses jolies fleurs, aussi !

    Posté par marie&co , le 08 septembre 2006 à 09:30
  • Quelles tranche d'âge ton joli bouquet d'enfants ??? Car tu sais si ils sont encore petits, et bien bravo d'avoir compris si vite.
    Les miens int 10 15 et 20 et il n'y a pas longtemps que j'ai lâché la pression de la perfection. Du moment qu'on trouve parfois le temps de les écouter chacun à leur tour. ILs ont besoin de se sentir une personne individuelle, pas que une fratrie. Surtout avec les jumeaux.
    Bonne route !

    Posté par marie , le 08 septembre 2006 à 10:01
  • Quel joli article! Aussi étrange que cela puisse paraître, ca me donne vraiment envie d'avoir des enfants, et de les laisser sauter dans les flaques d'eau et faire de la peinture avec les doigts! Après avoir passé deux ans dans des familles "parfaites" en tant que fille au pair, je crois savoir maintenant que non seulement la perfection n'existe pas en terme de famille et d'éducation, mais qu'en plus cette illusion de perfection qui est belle est bien présente parfois n'est que fausse et ennuyeuse. Ceci dit, je n'ai pas encore d'enfant et je crois bien que je vais passer par la case "je veux être LA maman parfaite", comme tout le monde...

    Posté par Gina Paillette , le 08 septembre 2006 à 16:26
  • Je me suis régalée en te lisant ! Je chouchoute l'imperfection, ayant compris que la perfection est ma pire ennemie.... MMMM !!! l'idée de déguster de délicieuses figues m'est venue en te lisant, alors comment faire maintenant ? ben oui, je suis grourmande et loin d'être parfaite. En tous les cas, toi, tu m'as l'air de tricoter parfaitement !!! quelle chance tu as !

    Posté par aji , le 08 septembre 2006 à 19:39
  • a mon humble avis la perfection n'est pas de ce monde...mais apporter du plaisir est la meilleur solution..un enfant souriant est nettement plus apprecie qu'un enfant propre...d'ailleurs ma grand-mere disait toujours un enfant propre et bien mis n'est pas un enfant heureux..;o)
    en tout cas de belles pelotes et superbe couleur..

    Posté par rachel , le 09 septembre 2006 à 02:01
  • Quelle belle lecture, tu as bien fait de le poster, ce bilet-là ! Je me demandais déjà comment tu faisais avec tes quatre petits+boulot+tricot+filate+magasin, je suis baba. En plus tu voudrais être parfait ? Quelle drôle d'idée, ce n'est pas du tout intéressant comme concept. La vie en vrai, c'est bien mieux.

    Posté par Val , le 09 septembre 2006 à 13:43
  • Très chouette ton message ! Eh oui, la perfection... c'est quelque chose de très subjectif ! Je suis sûre que tout ce que tu fais est absolument parfait, même si ce n'est pas selon les critères des autres !
    Jolie surprise, je me réjouis d'en voir davantage !

    Posté par Catou , le 09 septembre 2006 à 16:59
  • Merci pour ce post plein de lucidité. Oublier l'image d'Epinal de la mère de famille parfaite et totalement épanouie par une vie à 400 km à l'heure. Mais l'essentiel n'est-il pas dans l'amour de tes bambins. Alors pas grave les repas pas trop équilibrés de temps en temps et les pyjamas à rallonge !

    Posté par Dorothée , le 10 septembre 2006 à 07:57
  • ha, ma chère Fleur, tu nous a si admirablement toutes décrites...j'en ri encore!

    Posté par Florence , le 11 septembre 2006 à 23:45
  • Mille mercis de m'avoir donné si rapidement ton adresse! Pour l'instant, j'ai survolé ton blog comme un livre d'images, il est à la fois doux et coloré et je vais m'y attarder avec délice ces prochains jours.

    Je pense que l'imperfection est la base de la séduction : elle nous agace souvent, nous amuse parfois, mais nous n'y sommes jamais indifférents...malheureusement, pour le teint, le ventre et les neurones, je n'ai toujours pas trouvé la recette (quoi que, sans rougir, je crois avoir mieux récupéré des neurones que du bidon...)...

    Posté par Isa de G , le 12 septembre 2006 à 14:34
  • Ha, Fleur, merci pour la belle tranche de fou rire que je viens de me prendre !!! Comme ça me parle tout ça ! Et ça me fait encore plus rire avec tous les souvenirs que ça réveille !
    Alors, je te rassure : tu auras encore plein d'occasion d'avancer dans l'imperfection. Heureusement, il reste les nouilles que chez nous on pratique avec le tube de sauce tomates et le gruyère (s'il en reste !)
    Bises,
    laurence
    PS :il faudra vraiment que je vienne relire tout ça au creux de l'année, en février.

    Posté par Laurence , le 12 septembre 2006 à 22:30
  • C'est touchant...j'ai eu beaucoup de plaisir à te lire

    Posté par Charlotte , le 13 septembre 2006 à 19:48
  • comme je suis contente d'avoir retrouvée ton blog !
    j'avais lors d'un passage par hasard été fascinée par tes laines, tes coloris, tes teintures naturelles, tes tricots... (moi qui ne les termine jamais) et là, je te découvre en Maman de 4 enfants en plus !!! ton billet est Merveilleux ! si plein de vérité et d'amour, il doit y avoir une sacré joie de vivre chez vous !
    cette fois je mémorise l'adresse, à bientôt !

    Posté par Clo , le 15 septembre 2006 à 10:54
  • Ouf même avec deux j'ai eu ce genre de problèmes (j'ai une petite tête) mais 4 ailllllllllllle et le temps de fillé coudre et tricoter travailler ect... une maman en or ils en ont de la chance tes enfants.
    repose toi aussi un peu .........
    (je vais me remettre a tricoter ma fille insiste ça va elle ne grandi plus et comme elle est grande elle ne trouve pas a sa taille.mais bon son pull elle l'aura dans deux ans (rires)

    Posté par francoise , le 15 septembre 2006 à 13:53
  • La prescription du Dr F.

    "splendeur et misère de la maternité" Jane Lazare, éd. de l'Aube traduit par Nancy Huston

    "Journal de la création" Nancy Huston, éd Actes sud, existe en format poche (Babel)

    "Christine Lavransdratter", Sigrid UNDSET, éditions Stock (grand format) 3 tomes

    Je ne saurais pas le dire autrement qu'avec des livres...

    Posté par sof frankenstein , le 18 septembre 2006 à 13:35
  • Merci pour ce très beau message, qui fait relativiser bien des choses!

    Apprendre à lâcher prise, accepter de ne pas être parfaite.... Pas facile, mais tellement nécessaire!

    Posté par Noémie , le 21 septembre 2006 à 17:40
  • Magnifique texte ! ouf je ne suis plus la seule...
    raphaete

    Posté par raphaelle , le 18 octobre 2006 à 21:44
  • Je ne connaissais pas ton blog, mais aujourd'hui, je suis contente d'être passée.Te lire m'a fait sourire, m'a fait du bien, et m'a rassuré sur ma façon d'être avec mes jumeaux de 7 ans maintenant.
    Ce qui n'est pas fait le jour même sera fait le lendemain sauf le travail d'école.
    A bientôt

    Posté par caralise , le 19 octobre 2006 à 18:16
  • ça c'est du beau message qui meritait d'etre lu...merci bises noune

    Posté par gandarhe@voila.f , le 06 novembre 2006 à 11:05
  • J'ai un sourire aux lèvres en lisant ton post..... d'abord je l'adore c'est réaliste a souhait et puis je te comprend j'ai 4 garçons!!!

    Posté par camille66 , le 01 décembre 2006 à 10:26

Poster un commentaire